la flexibilité , la réalité , la proximité font du communautaire un lieu d’échange de partage, de changement à l’intérieur même de nos organismes. Un lieu ou il est impossible de se mettre la tête dans le sable, ou la réalité nous pousse à de merveilleuses réflexions. En temps de pandémie nous avons mis en place une procédure permettant aux jeunes de se procurer du cannabis légal, de le consommer sur place dans un encadrement volontaire, non pas pour chiller avec les shums, mais pour faciliter la compréhension de cette consommation, chacun dans sa bulle, ils sont devenus conscients et beaucoup plus honnêtes avec eux-mêmes. le travail n’est pas terminé, tout l’aspect éthique de cette mesure doit être analysé, rediscuté, à savoir est-ce éthique de le permettre à ces jeunes ?
n’en reste pas moins que le confinement s’est très bien vécu, et que nos jeunes n’étaient pas toujours en consommation… on a cesser la pratique jusqu’à ce que les discussions se poursuivent…